Mardi 26 mai à 18h30 : séance paléographie

Qui ne s’est pas découragé lors de la lecture d’un acte ancien ?
La paléographie (du grec palaios, « ancien » et graphein, « écrire ») est l'étude des textes manuscrits anciens, indépendamment de la langue utilisée. Plusieurs difficultés existent lors de la lecture des documents anciens. D’abord la graphie de l’écriture évolue à travers le temps. L'alphabet latin connaît plusieurs formes successives, telles que la minuscule caroline et l'écriture gothique.
La paléographie sert à connaître la morphologie des lettres et à déchiffrer les caractères qui constituent les textes de ces manuscrits. Certaines périodes sont marquées par l'emploi de très nombreuses ligatures entre les lettres : l'esperluette, par exemple, est l'un des rares liens entre les lettres, qui subsistent de l'écriture mérovingienne.
Une autre difficulté est constituée par les nombreuses abréviations qui sont utilisées, notamment dans l'écriture latine. La paléographie vous permet donc de connaître les abréviations courantes afin de transcrire le document, c'est-à-dire d'en produire une copie moderne en rétablissant les abréviations. Ce travail est particulièrement important. Le généalogiste, en remontant le temps, doit travailler sur les textes anciens : état-civil puis registres paroissiaux, documents notariaux. Lors de la lecture, il devra d’abord se familiariser avec la forme des lettres, puis des syllabes et en connaître les abréviations.
Pour en savoir plus, venez-vous initier ou vous perfectionner, en participant à notre séance spéciale paléographie animée par Jean-Paul Perreaux.